La randonnée en autonomie avec bébé, nuitée en refuge

Rédigé par Suzie Mailloux

En couple, nous avions l’habitude de faire plusieurs randonnées en autonomie en montagnes, été comme hiver. Avec l’arrivée de notre fils François, notre objectif était de nous adapter et de poursuivre nos aventures à son rythme. Comme tout amateur de plein-air, c’était vital pour notre bien-être et notre équilibre de vie.

Le refuge représente moins de poids à trainer sur votre dos et plus de commodités contrairement à la tente. Voici notre logistique du transport des bagages et de bébé: maman porte le petit explorateur accompagné de quelques accessoires des plus utiles pour bébé (le même contenu que le sac à couche, collations, eau, trousse de premiers soins, etc.). Papa sherpa quant à lui s’occupe du reste (vêtements, nourriture, sacs de couchage, etc.)! Pour nous, c’est dans le Parc régional de la Forêt Ouareau, dans Lanaudière, que nous avons vécu nos trois aventures. Ce fut des expériences inoubliables à tout coup qui se poursuivront encore au courant des prochaines années.

Trucs et astuces pour des randonnées en autonomie avec nuitée(s) en refuge :

  • La planification est la clé! Prenez-vous d’avance pour bien planifier et vous assurer de réserver un endroit qui répond à vos besoins (distances pour se rendre, dénivelé, commodités incluses, moyen de communication possible en cas d’urgence, etc.). Pour une bonne planification, visualisez les étapes de votre routine et l’équipement nécessaire associé (les repas, système pour purifier l’eau, le bain, le coucher, etc.).
  • Commencez par un séjour d’une nuit seulement avec votre Ti-Mousse. Il y aura ainsi moins de matériel à porter.
  • En refuge, on chauffe toujours beaucoup trop alors oui, il fait chaud… même en plein hiver. Apportez donc un minimum de vêtements chauds et de couvertures. Un pyjama à pattes et une couverture sur un matelas de sol suffisent généralement pour votre petit randonneur. Lors de nos sorties familiales, notre petit homme est en couche plus souvent qu’autrement. Gardez à l’esprit que la température au niveau du plancher principal est toujours plus froide. Il est donc préférable de ne pas coucher l’enfant à même le sol l’hiver à l’exception d’une mezzanine où la chaleur monte. Prévoyez aussi des pantalons et bas chauds pour ti-mousse.
  • Pour le confort de tous, faites une utilisation optimale du poêle à bois. Bien que ce soit le type de poêle à bois qui permettra de répartir une chaleur égale (un poêle à combustion lente est l’idéal), assurez-vous d’ouvrir la clé d’aération de votre poêle pour partir votre feu et de la refermer pour conserver votre chaleur pendant la nuit. Privilégiez l’utilisation de bois durs (érable, hêtre, merisier, etc.) en remplacement au bois tendres (épinette, sapin, etc.) dans votre lot de bois de chauffage. Ces essences à haut rendement calorifique vous donneront une meilleure chaleur, en particulier la nuit. Sachez les reconnaitre!
  • Créez un mur de protection autour du poêle à bois. De notre côté, nous avons utilisé une corde qui faisait des « zigs-zags » entre le mur et une chaise. Comme nous savons qu’un tout-petit est porté à toucher à tout malgré les « non » de ses parents, au moins il ne se brulera pas en approchant la corde.
  • Des souliers de type « Crocs » sont très pratiques dans le refuge. Et ils s’attachent bien à l’extérieur du sac à dos avec un mousqueton si vous manquez d’espace.
  • Minimisez vos jouets car bâtons, cailloux, cocotes ou autres occuperont vos petits randonneurs. Personnellement, nous apportons un livre pour continuer la routine du dodo comme à la maison.
  • Sachez qu’il est toujours possible de transformer facilement un coin du refuge en espace de jeux.
  • Pour les repas, envisagez des collations faciles à transporter et non-cassantes (raisins secs, fromage de type Ficello, bleuets, muffins, etc.), des wraps, compotes ou tout autre aliment ne nécessitant pas trop de réfrigération. Bien que plus dispendieuse, la nourriture lyophilisée est facile à transporter et prend peu d’espace dans le sac à dos.
  • N’oubliez jamais d’accrocher toute votre nourriture dans un sac au mur… Car même en saison froide, les petits rongeurs se feront un plaisir de venir terminer vos repas durant la nuit.
  • L’eau est généralement non potable dans les refuges. Il faudra donc envisager soit de filtrer, purifier ou faire bouillir votre eau avant de la consommer. L’hiver, soyez avisé que de faire fondre seulement de la neige requiert beaucoup plus de temps.
  • Les nuits en refuge sont habituellement très sombres (il y a peu de luminosité en forêt dense). Prévoyez une petite lampe douce à batteries pendant le sommeil pour ne pas que bébé ait peur s’il se réveille pendant son sommeil.

Ce projet vous intéresse mais vous n’êtes pas prêt à partir en totale autonomie avec tout sur le dos? Renseignez-vous car plusieurs endroits offrent des services de transport des bagages moyennant certains frais.

Ne recherchez plus les 5 étoiles, recherchez plutôt les 1 millions d’étoiles! Faites de beaux rêves!