De l’escalade avec un tout-petit, vraiment?

L’escalade n’est probablement pas le premier sport qui nous vient en tête lorsqu’on pense à bouger avec notre tout-petit…  Mais pour les mordus de grimpe, difficile d’imaginer de cesser ce sport avec la venue d’un nouveau bébé.  Alors, comment concilier escalade et bébé?  C’est plus simple qu’il n’y paraît à première vue…

Tout d’abord la grossesse

Cesser ou poursuivre l’escalade durant la grossesse?  Pour ma part, je me suis beaucoup questionnée lors de ma première grossesse.  Les premières semaines, j’ai cessé ce sport, je craignais les chutes et les fausses couches avant la fin du premier trimestre.  Et puis, une fois la bedaine bien sortie, j’ai eu le goût de ressayer.  Hé oui, dans les centres d’escalade il est possible de louer un harnais qui convient aux femmes enceintes, remontant sur les épaules comme les harnais des tout-petits.  J’ai bien sûr diminué un peu la difficulté, ne faisant que des grimpes faciles pour moi et exclusivement en moulinette.  Le challenge n’était plus les voies mais simplement mon propre poids! Mon objectif était devenu simplement le plaisir de passer un beau moment dans le centre d’escalade.  Rendue à 7 mois de grossesse, ayant de la difficulté à remonter mes cuisses qui appuyaient sur mon ventre devenu pas mal gros, je commençais à me sentir un peu plus limitée!  Bref, comme avec les enfants, je crois que tout est possible en autant qu’on adapte l’activité et ajuste nos attentes.

Bienvenue petit bébé!

C’est probablement quand mes bébés avaient 3, 4, 5 et 6 mois que j’ai fait le plus d’escalade.  D’abord, j’avais du temps (du moins un peu), bébé ne gigotait pas encore beaucoup et surtout, j’ai eu la chance d’avoir des partenaires d’escalade en congé de maternité en même temps que moi!  On entrait avec nos bébés souvent endormis par le trajet de voiture dans leurs « coquilles » dans le centre d’escalade.  Les bébés placés au pied de celle qui assure, on grimpait tranquillement chacune notre tour.  Il faut dire que les centres d’escalade intérieure sont généralement assez calmes durant les journées de semaine. On s’arrêtait au besoin entre chaque grimpe pour consoler bébé, donner la suce, un jouet ou même allaiter et changer une couche!  Bébé a besoin rapidement de maman?  On n’hésitait pas à interrompre notre grimpe en plein milieu pour s’en occuper!  Mais je dois vous avouer que ça arrivait rarement!  Bien sûr, c’est important d’être sécuritaire et de ne pas tenter de faire 2 choses à la fois (comme donner la suce en assurant notre copine, c’est non!).  Mais je peux vous dire que ces sorties nous faisait du bien, tant physiquement que socialement!  C’est quand les bébés ont commencés à se retourner, ramper et être plus éveillés que ça s’est corsé!

Entre 8 et 30 mois, l’âge terrible!

À ces âges-là, difficile de s’en sortir sans un adulte qui supervise à temps plein.  Le tout-petit se promène partout, n’a pas conscience du danger et nécessite une surveillance constante, ce qui s’accorde très mal avec la responsabilité d’assurer un grimpeur.  La meilleure solution consiste donc à partir grimper en nombre impair d’adulte ou du moins plusieurs personnes ensemble, pour que quelqu’un en alternance soit en mesure de surveiller le petit qui voudra sans doute grimper partout et sans corde mais aussi faire des roulades sur les matelas. Il est impératif de s’assurer qu’il n’y a jamais de bébé sous un grimpeur, peu importe le style d’escalade pratiquée.

Le premier harnais de Ti-Mousse autour de 3 ans

Vers 3 ans, certains enfants sont prêts à débuter leurs apprentissages de la grimpe en étant assurés.  Le plus dur ne sera probablement pas d’apprendre à monter, ce dont ils sont déjà un peu capable, mais d’apprendre à descendre, à faire confiance à la corde, à bien positionner leurs mains sur la corde et leurs pieds pour marcher sur le mur.  Il vaut mieux débuter en les faisant grimper sur une petite hauteur et les aider physiquement à se placer pour descendre.  À 2 adultes, c’est l’idéal (un qui place l’enfant et l’autre qui assure).  Bien sûr, la nécessité de 2 adultes est temporaire le temps que l’enfant intègre bien le mouvement. On l’a même fait une fois à 3 adultes pour un enfant : un duo dont la maman grimpait avec l’amie qui assurait alors que papa juste à côté assurait le petit.  Cette technique a permi de rassurer l’enfant qui pouvait grimper à côté de sa maman. Ti-Mousse a ainsi pu aller plus haut puisque maman était présente juste à côté de lui pour l’encourager et l’aider à redescendre!  À cet âge, le tout-petit appréciera aussi faire un peu de bloc (escalade sans corde de faible hauteur) tout comme simplement se laisser balancer dans un harnais face à un mur en dévers (mur dont l’inclinaison est au-delà de la verticale).  S’il a un certain intérêt envers les super héros, il se personnifiera certainement en Spider Man!  Aussi, à cet âge il commence à pouvoir attendre un peu tranquille  (plus facilement avec une collation!) le temps qu’un adulte assure l’autre adulte (ou un autre enfant!).  L’équipe impaire d’adultes devient de moins en moins nécessaire.

Bien sûr, tous les enfants ne sont pas prêts à 3 ans.  Si vos enfants sont plus craintifs ou n’ont pas eu l’occasion d’être exposer à l’escalade, il peut être préférable d’attendre un peu avant d’utiliser le harnais et la corde. Vous êtes les mieux placés pour juger de la capacité de votre enfant, mais l’objectif recherché en tout temps est de vivre de nouvelles expériences dans le PLAISIR! Vers 6 ans, la plupart des enfants devraient être aptes à grimper avec le harnais avec un peu d’entraînement.  Il est fort à parier que plus vite que vous l’auriez pensé, l’élève dépassera le maître!

Bonnes grimpes en famille!

P.S.  Vous aurez remarqué que les exemples donnés couvrent principalement l’escalade intérieure puisque c’est celle que je pratique la majorité du temps.  Toutefois, il est facile d’adapter à l’escalade extérieure, en apportant par exemple une petite tente pliable de style Peapod ou autre pour installer petit bébé pour la sieste et en optant toujours pour des grimpes en moulinette et la sécurité du casque lorsque votre tout-petit commence à grimper de lui-même. Simplement prendre le temps de bien choisir une marche d’approche accessible et un bas de parois sécuritaire avec suffisamment d’espace pour le déplacement des tout-petits.  L’environnement extérieur offrira d’ailleurs un superbe terrain de jeux naturel à votre enfant durant ses moments d’attente!

Rédigé par Marie-Ève Lehouillier du blog Famille à l’aventure